Le projet JÅCK

Genèse

Qu’est-ce qui arrive si?

L’idée de base du projet JÅCK a peut-être déjà généré des douzaines de scénarios dans votre imagination. Ces scénarios sont la conséquence de l’idée de base. Vous répondez instinctivement à la question sous-entendue: «Qu’est-ce qui arrive si?»

Cette question («What if?» en anglais) est le point de départ de presque toutes les oeuvres de fiction, quel que soit le genre. Qu’est-ce qui arrive si des gens s’échappent d’un monde virtuel créé par des machines? Qu’est-ce qui arrive si la même journée recommence tous les matins? Qu’est-ce qui arrive si un jeune décide de faire l’école buissonnière avec ses deux amis? (The Matrix, Groundhog Day et Ferris Bueller’s day off)

Je crois qu’il est trop tôt pour obtenir une réponse complète et précise pour ce projet. Par contre, cette question aide à mettre en place quelques éléments et à donner une direction à la conception de l’histoire. Pour le moment, je cherche une réponse brève qui serait la conséquence directe de cette question:

Qu’est-ce qui arrive si un criminel qui se fait passer pour un prêtre découvre un ange blessé dans le sous-sol de sa chapelle?

Ma réponse:

Pour survivre, l’esprit (l’âme?) de l’ange laisse son corps blessé et se réfugie dans celui du criminel, qui subira graduellement une transformation due à l’essence divine qui l’habite.

Qu’est-ce que vous en pensez? Pas très original, n’est-ce pas? Pourquoi? Quelles seraient vos réponses?

Publicités

12 réponses à “Qu’est-ce qui arrive si?

  1. Olivier Bruel 21 janvier 2011 à 00:00

    Pour moi, c’est une histoire de rédemption, ce qui est à la fois une ligne forte et un méchant cliché. Jack et l’ange pourraient apprendre à se connaître et changer au contact de l’autre. Oh merde, ça fait mauvais film américain. Alors disons que l’ange est une superbe femme et que Jack va tenter de la séduire avec ses moyens d’humain. Pas de scène de sexe avant le dernier chapitre.

  2. Morgane 21 janvier 2011 à 07:28

    Non deux personnages distincts.
    Seulement, sur le plan métaphorique, la vie blessée de l’ange, c’est l’âme blessée du criminel. Maintenant, de la survie de l’un dépend la survie de l’autre, sur le plan inconscient.

  3. Julie Vigneault alias Idées In Vitro 21 janvier 2011 à 18:18

    Une question se pose. En fait, plusieurs éléments s’alignent au rang des interrogés. L’ange en est-il véritablement un aux yeux du criminel ? Est-ce que sous la fausse soutane se dissimule un être en quête de symbiose avec sa nature théologique ou au contraire, pour lui les anges ne sont qu’élucubrations pour de naïfs humains en mal de conte de fées ? J’avoues que les deux tangentes titillent ma dent gourmande en terme de tapas littéraires. Or, j’aime bien les mets contrastés. Et si ce criminel avait simplement un trouble obsessionnel compulsif envers les habits blancs? Les soutanes, les anges, y’a de quoi virer complètement fou…sans parler des « Classells » qu’il écoute sans arrêt dans son ipod en effectuant ses crimes !

  4. Maxime DeBleu 21 janvier 2011 à 23:14

    Il semblerait que vous voyez une dualité à explorer entre deux personnages.
    @Olivier : L’idée de que l’ange soit UNE ange est intéressante. Et pour la scène de sexe, on verra! 😉
    @Morgane : Un scénario gagne tellement en profondeur quand on peut y inclure une métaphore (ou plusieurs!).
    @Julie : Le faux prêtre qui découvre un faux ange. Un trouble obsessionnel compulsif… Hummmm (hochement de tête affirmatif)… Une autre bonne piste.

    Et quoi d’autre? Lâchez votre fou!

  5. Annie Bacon 22 janvier 2011 à 08:58

    Si un criminel rencontre un ange (blessé ou pas), il doit réaliser les choses suivantes:
    – L’existence d’un ange remet en question, chez l’athéïste, la possibilité de l’existence de Dieu.
    – Par extrapolation, ça remet également en question la possibilité de l’Existance du Diable et, donc, de l’enfer.
    – Rapidement, Jack doit donc penser « Oh, shit, l’enfer existe, je suis un criminel déguisé en prête, je suis donc dans le trouble! ».

    Par opposition, il est possible que l’ange, puisqu’il est blessé, remette lui-même en question la bonté et la foi (dépendamment des circonstances de la blessures).

    J’en conclu donc que, ce qui arrive lorsqu’un criminel déguisé en prête rencontre un ange blessé, c’est qu’il se produit un changement des rôles alors que le criminel tente de prendre un chemin plus « droit » (pensant possiblement qu’il atteindra la rédemption en aidant l’ange) et que l’ange est tenté par un chemin plus sombre.

  6. Julie Vigneault alias Idées In Vitro 22 janvier 2011 à 14:09

    Quand je pense « Jack », je fais indubitablement le lien avec la maxime  » Jack of all trades master of none »: le spécialiste des non-spécialités. J’aime bien l’idée d’une maladresse incontournable chez un criminel. Son manque de finesse ou de maîtrise pourrait être une conséquence de ces éternels faux-pas. Qu’en dites-vous ?

  7. Francis Montpetit 24 janvier 2011 à 00:22

    J’ai toujours imaginé que les anges « empruntaient » un corps lorsqu’ils descendaient sur terre. Peut-être que Jack a blessé mortellement le corps de l’ange?

    Sinon, j’aime beaucoup l’idée que le salut d’un personnage dépende de l’autre et vice-versa. L’ange peut évidemment avoir la motivation de « sauver » le criminel, mais je serais curieux de savoir quelle motivation un Jack qui n’aspire pas à devenir meilleur, pourrait avoir de sauver l’ange.

    Je vote pour que l’ange soit bien réel avec des super-pouvoirs 🙂

  8. Francis Montpetit 24 janvier 2011 à 02:24

    Pour vraiment répondre à la question :

    Le criminel, n’ayant plus le choix de croire, refuse malgré tout de changer sa vie. Il est pourtant contraint d’aider l’ange à retourner aux cieux.
    L’ange, qui avait pour mission de convertir l’escroc, est quant à lui contraint d’accepter le sacrilège de l’imposture pour arriver à ses fins.
    Jack doit choisir le bien. L’ange doit goûter au mal.

  9. Maxime DeBleu 24 janvier 2011 à 09:50

    @Annie : Et si Jack pense que le Diable et l’Enfer existe, a-t-il raison? On a une autre belle avenue à explorer avec ça.

    @Julie : Une certaine maladresse chez un personnage principal pourrait aider à propulser l’histoire et générer des péripéties intéressantes. Ça pourrait aussi être la cause de l’élément déclencheur. À mettre dans la marmite pour mijoter avec les autres idées.

    @Francis : Super-pouvoirs, je vote pour ça moi aussi! Hahaha! L’emprunt d’un corps est une idée qui a du potentiel. Vite comme ça, j’imagine l’ange comme l’ange gardien de Jack, envoyé pour veiller sur lui en secret. Il doit prendre soin d’un criminel pour une raison X. Et là, à cause de X, les rôles seraient inversés.

    Votre créativité m’épate et m’inspire! Encore encore!

    • Francis Montpetit 24 janvier 2011 à 16:48

      En y repensant, l’ange n’a peut-être pas besoin d’être l’ange gardien de Jack. Par sa nature divine, un ange est peut être automatiquement motivé à enrailler le mal et donc vouloir changer Jack. Ça ferait moins cliché et ça s’opposerait bien au fait qu’il doive vivre avec le mensonge de Jack et même avec le sien (s’il doit lui-même se faire passer pour un humain).

  10. Émilie C. Lévesque 25 janvier 2011 à 08:31

    D’abord, pourquoi l’ange est blessé? Que fait-il sur la Terre? D’où vient-il? Est-ce un ange déchu, un ange qui a trahi et qui est envoyé sur la Terre pour se racheter, ou alors c’est un ange qui a voulu sauver des hommes d’une catastrophe et qui s’est blessé en le faisant (par exemple dans un avion).

    Parce qu’il faut savoir ce que Jack fera, bien sûr, mais aussi comment l’ange réagira. Peut-être même est-il envoyé là faussement blessé pour attendrir le coeur de Jack?

    Moi je pense que Jack ne croit pas aux anges. Il se sent menacé de la présence de celui-ci, un étranger bizarre qui risque de le dénoncer, mais en même temps il le soigne, parce qu’un criminel qui n’a pas de coeur n’est pas intéressant. Il le soigne, mais ne l’aime pas en s’en méfie. Ensuite, il faut laisser évoluer la relation selon les raisons qui ont amené l’ange là.

    • Maxime DeBleu 25 janvier 2011 à 14:15

      @Émilie : L’idée de l’ange faussement blessé a quelque chose de tordu qui va dans la continuité de certains autres commentaires qui proposent que l’ange mette un pied du côté sombre. Moi aussi je dirais que Jack ne crois pas aux anges.
      Il y a effectivement encore beaucoup de questions à répondre pour développer un scénario. D’ailleurs, le prochain billet concernera l’ange.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :